"On sera vrai on sera faux

Peut-être

Pourvu qu'il y fasse un peu beau"

Les têtes raides "Mon carnet"

 

Branle-haut de combat!

Marcher et choisir un bel endroit, un coin, ou laisser faire le hasard, en tout cas faire un pas de côté, un détour, se soustraire, disparaître, appartenir à la nature, au dehors.

Résister, s'alléger, raccrocher son hamac aux arbres et aux étoiles, contre les parois des villes aussi, sous les ponts.

Ne pas oublier de prendre un livre, des balles de jonglage, une ligne lâche ou un harmonica pour mieux vivre l'aventure, pour trouver une musique, une écriture, une poésie, pour mieux comprendre le grand chaos, le grand empêchement, peut-être.

Vivre cette fuite et éprouver comment l'on se doit à la société.

Y-a-t'il une beauté ou un désespoir à cela?

Une fois à l'écart des hommes, dans le silence, parmi les bêtes de la nuit, quelle est notre place, qui sommes-nous?

Comment fait-on avec ce qu'il y a dans le rétro? Comment fait-on pour traîner ça jusqu'au petit matin avec les bêtes à nos côtés qui savent tout des lâchetés, des bassesses, des laideurs d'un homme? Combien faudra-t-il être grand et doux pour réparer tout ce qu'on abîme sans cesse?

Alors, bientôt vaincu, ranger son hamac dans les filets de bastingage pour se protéger des éclats du monde.

Et continuer à arpenter les chemins noirs.